Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

// Listen //

 

 

sp 

 

space

_

ban2010thedrums
space
space

space


space

voxpop20
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 11:10


Être passionné de musique est assez étrange en définitive, surtout quand il s'agit de rock.
Beaucoup de monde se pose des questions sur les raisons de notre engouement pour des groupes de "petits branleurs" qui ont juste pris la peine d'apprendre à jouer quelques accords de guitare.
Souvent, les gens ne comprennent pas le fait qu'on puisse s'attacher à ce monde au point d'en parler tout le temps, d'y penser beaucoup, d'en faire un blog...
Alors, ces personnes finissent par nous interroger, avec un petit air ironique, pour tenter de comprendre peut-être. "Comment tu peux t'enfermer à ce point dans ta musique?". Mais qui a parlé d'enfermement?
Bien décidées à prouver à tous que par le seul biais de la musique nous pouvions avoir accès à un tas d'autres genres artistiques; nous avons décidé de monter une sélection de 10 artistes qui se sont, un jour, impliqués dans la musique.
Imposant leur seconde passion, prêtant main forte aux musiciens, revendiquant leur penchants, défendant leurs goûts; tous ces artistes ont plus ou moins contribué à l'épanouissement d'un genre, à la popularisation d'un style ou ont juste trouvé le moyen d'allier deux hobbies.

(Sans ordre ni classement particulier)

















































Jean-Charles De Castelbajac

JC/DC (à prononcer à l'anglaise) fait parti des créateurs qui n'hésitent plus à faire jouer des groupes en live pour donner un petit coup de pouce à sa collection. Dernièrement le Catwalk a eu droit à un superbe set de Man like Me. On peut le croiser dans les concerts parisien où il n'hésite pas à se mêler à la foule pour acclamer les derniers petits groupes qui nous plaisent (tous ceux qui étaient au concert de CSS en juin 2008 s'en souviennent). Sa passion se traduit également dans son travail, de sa robe "Smell like Teen Spirit " à sa collection Jc in the Sky with diamond que l'on peut qualifier de pop en général. Sûrement l'un des seuls de cette selection à être quasi passé à l'acte en produisant une bonne partie du dernier album de Maréva Galenter. Le resultat est quelque peu mitigé à vrai dire on le préfère dans nos placards car il nous fait divine belle en nous faisant divinement rire.



Make Abetz et Olivier Drescher

Légèrement moins populaires que tous les autres artistes de la sélection, Abetz et Drescher sont néanmoins très caractéristiques de ce dont nous traitons. Ils illustrent à merveille leurs sérieux penchants rock et pop 60s via des peintures très colorées représentant guitares, vinyles, garçons dans le vent avec perfectos et bottes. Visiblement très fiers de leurs références, ils traduisent avec un talent rare leur amour prononcé de la musique. Leurs tableaux sont une sorte de mix entre flower power et guitares ensanglantées, mélange entre fond froid et superposition d'éléments a priori incohérents. Le point positif et capital, c'est qu'on n'a jamais assez regardé leurs tableaux. Ils attirent l'oeil et le garde en éveil. Chaque nouveau regard sur les peintures s'avère fructueux. Ces allemands, friands de rock anglais, ont déjà su séduire lors de leur exposition "The Modern World Starts Now" et leur reconnaissance hexagonale se veut croissante. Des peintres qui valent sérieusement le détour. On vous aura prévenu.
 

Peter Whitehead

The Fall, Tonight let's all make love in London, The Perception Of A Life, Pink Floyd London 66-67. Qu'ont tous ces titres en commun, à part le fait qu'ils soient films et musique en même temps? Peter Whitehead, le génie de la réalisation en matière de musique. Peter Whitehead a cotoyé les plus grands du rock (Rolling Stones, Pink Floyd..) et leur a concocté d'incroyables clips ou consacré de grands films/reportages. Les prestations scéniques des groupes étaient sublimés par son goût. Il dosait juste. Souvent comparé à un ethnologue, il trouvait à travers la pop 60s un esprit de contre-culture révolutionnaire. Ainsi, il monte Wholly Communion avec les nihilistes de la Beat Generation (Ginsburg, Corso ...). Son film le plus reconnu, considéré comme l'un des meilleurs est The Fall, qui comme nombre de grandes oeuvres, avait à l'époque, laissé les gens légèrement indifférents et perplexes. Jeunesse engagée contre la violente guerre du Vietnam. Peter Whitehead représentait avec talent ce qu'il défendait, ce qu'il aimait. Ainsi, Mick Jagger et Andrew Oldham se retrouvent pris dans une manifestation anti-guerre dans "Tonight, Let's Make Love In London".
Par la suite, Whitehead devient fauconnier pour un prince arabe. Un parcours assez étrange qui peut rappeler quelques grands artistes. Peter Whitehead fait parti des grands; partout aujourd'hui on lui rend enfin hommage. 



Vivienne Westwood

 Vivienne Westwood est un des piliers de cette sélection. La définition parfaite de l'artiste impliquée dans la musique. Son nom se rapporte automatiquement à Malcom McLaren, musicien et accessoirement manager des Sex Pistols et des New York Dolls.
Mais, la styliste anglaise est surtout connu comme étant la première à oser le style punk. Rebelle dans l'âme, elle ouvre la première boutique de mode punk baptisée Sex. Le magasin se popularise ainsi, il est provoc', ironique, sarcastique, insolent; la styliste à la tignasse de feu créée des cuirs, des tee-shirt pornographiques, des slogans agressifs... inutile de faire un dessin, elle est celle qui a habillé les Sex Pistols; c'est punk jusqu'au bout des ongles! Le tout est finement mêlé et parfaitement bordélique. Considérée comme une des stylistes les plus influentes (Stella McCartney, Alexander Mc Queen ou encore John Galiano); classée 6ème sur le "Women's Were Daily" (sorte de Bible de la mode). La grandeur et l'incandescence du punk se lit aujourd'hui encore à travers elle!
Let It Rock!

Hedi Slimane

Un personnage qui reste quelque peu discret. On peut penser qu'il est bien trop tôt pour que l'on puisse mesurer l'influence qu'il a pu avoir sur la scène musicale actuelle. Hedi Slimame a oeuvré autant sur le plan de la mode  que dans la musique en réconciliant deux mondes qui semblaient s'être tournés le dos depuis longtemps. Du look dandy rock à silhouette un peu androgyne chez Dior à son fameux "London birth of a cult", tout semble réussir à ce jeune créateur initialement destiné à une carrière dans le journalisme. Cela n'a rien avoir avec la chance c'est parce qu'il entreprend avec sérieux tout ce qu'il fait ,d'où son départ en 2007 pour se concentrer sur sa propre marque. C'est sans surprise qu'on le retrouve aujourd'hui à Benicassim ou en tant que syliste pour la dernière tournée de Daft Punk peut être même derrière les platines au détour d'une soirée. En attendant, il a aussi pris la place du blogger photographe où se croisent acteur, découvertes, groupes et anomymes.

 

Elizabeth Peyton

Influencée par Hockney et Warhol, Elizabeth Peyton aborde un style très original où la popularité du modèle rencontre le confort intimiste d'un petit portrait. Elle peint souvent sur de petites toiles, ses tableaux très inspirés, qu'elle tutoie et appelle par leur prénom. Clairement influencée par des sons très rock & pop, ses peintures varient de Sid Vicious à John Lennon en passant par  Jarvis Cocker (pour les plus connus). Elle les baptise "Sid", "John" ou encore "Jarvis", sorte de signature spécifique. Une de ses oeuvres est dans la collection du Centre Pompidou. Et pour le côté actualité, elle a récemment peint Michelle Obama. Des thèmes actuels, des oeuvres sécifiques (souvent faites à partir de photo), un talent imparable et une pleinitude interpellante; les tableaux d'Elizabeth Peyton donnent juste envie d'être possédés.


Florent Mazzoleni 

Florent Mazzoleni, redacteur aux inrocks, n'aurait jamais du figurer dans cette sélection, nous le concevons parfaitement. Sinon, trop facile, nous aurions dû placer Ungemuth pour sa plume percutante, Lester pour ses métaphores parfaites ou simplement Manoeuvre parce qu'il est lui (ou pour ses lunettes peut-être..). Mais, au delà de tout cela Mazzonleni a fabriqué plusieurs éditions de L'Odyssée du Rock, excellent pavé qui résume l'histoire du rock, des années 50 à nos jours ( le dernier s'arrête en 2007). Ce bouquin, très connu, qui a même réussi à se faire un nom, se lit facilement et contient des images originales et pour certaines introuvables. L'auteur n'est jamais vraiment objectif et c'est peut-être ce qui peut plaire, dans la subtilité de son écriture.
 On n'est pas toujours d'accord avec ce qu'il décide de taire et ce qu'il choisi de mettre en avant, mais il faut avouer que tout y est. On y trouve tout, des dates de sorties d'albums aux petites anecdotes croustillantes. Par ailleurs, il a aussi fait pas mal de bouquins sur la musique africaine, la soul, le disco, le blues, James Brown... qui ont aussi une reconnaissance toute particulière. C'est pout tout cela que Mazzoleni a une place dans notre sélection. 


Andy Warhol  

Chef de file du pop art, c'est un peu par hasard dans un petit club de New York qu'il découvre le Velvet Underground qui deviendra le centre The Exploding Plastic Inivitable. Une véritable experience et performance artistique intense fortement controversée à l'époque qui cherche provoquer et destabiliser le public: des lumières aveuglantes, une musique assourdissante dans une foule compacte.  Aussi eprouvante pour le public que pour le groupe lui même; et mettra à l'epreuve la solidité du Velvet durant une tumultueuse tournée sans fin. Sans lui pas de Velvet Underground and Nico. C'est vrai qu'aujourd'hui on se souvient plus de la banane sur la pochette de l'album (que l'on pouvait peller sur l'edition originale) mais il a fait bien plus de l'at work en passant de temps à autre en studio pour aiguller le groupe. Cela n'aura été que l'affaire d'un album, on le connait pour ne pas pouvoir tenir en place. Il se recentrera pas la suite sur ses oeuvres en gardant un lien étroit avec la musique et on lui connait sa fin tragique.

Vincent Moon

L'un des fondateurs de la blogothèque et des Concerts à Emporter, autant dire le meilleur podcast video de la blogosphère. Que ce soit dans un petit bar parisien (The spinto Band pour le numéro1), dans une baignoire, un téléférique ou au détour d'une rue, le constat est le même depuis 3 ans ce podcast a permis de sortir la musique des clubs et des salles de concerts pleines à craquer pour des performances intimistes sans superflu  avec les moyens du bord et toujours le même engouenement que ce soit Arcade Fire, Bloc Party ou un groupe encore à ses débuts. C'est par ce chemin là que l'on découvre son travail de réalisateur toujours aux cotés des musiciens . Ses dernières collaborations en date A skin Anight qui suit The National au coeur l'enregistrement de Boxer ,ou The Flying Cup Club  qui illustre chaque titre de l'album dans différents endroits à Brooklyn accompagné Zach Cordon et  de ses musiciens. Finalement, on se dit qu'Internet ne détruira pas la musique, bien au contraire...


Jean-Christophe Menu

Jean Christophe Menu, dessinateur, est un vrai passionné. "Looked Groove Comix", sa dernière BD qui a pas mal fait parlé d'elle, est totalement imprégnée de cette passion qui ne le lachera pas. "Ces titres sont TOUS meilleurs que TOUT ce qui passe au Hit Parade", c'est avec cette phrase mémorable qu'il exprime ses pensées et les met en images sur une de ses BD. Ainsi, Menu découvre la musique avec le N°1 des Beatles pioché dans la collection de son père. Et depuis, il ne s'arrête plus. Il se nourrit de pop 60s, fume du punk. Ses références? Dead Kennedys, Bauhaus, les Saints... Une collection d'environ 6000 vinyles pour trouver toute l'inspiration nécessaire et fabriquer ce parfait mixe BD, rock; "ils sont tous deux contre-culture et sont donc fait pour s'entendre" dit-il. Pourquoi pas. En tout cas "Looked Groove Comix" donne bien envie (Sonic Youth, les Beatles etc y sont présents). Disponible et en évidence dans n'importe quelle FNAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by The Clandestines - dans Sélections
commenter cet article

commentaires

Tomy 22/03/2009 15:30

Voila un article que j'aime tout particulièrement et que je relis très souvent. C'est difficile à expliquer mais je trouve qu'il démontre une certaine culture. Et puis c'est tout à fait intéressant de connaitre toutes ces personnalités qui ont participé, j'ai notamment découvert Abetz et Drescher, Elisabeth Peyton et Jean Charles de Castelbajac; et me suis remis aux films de Peter Whithead, et pour ça je vous dis merci :)

Psychedelic Electric 14/02/2009 23:34

Je trouve votre blog vraiment sympa, l'idée est très bien !
J'ai beaucoup aimé l'interview du mec de Ground Zero.
x
Ophélie, Psychedelic Electric.