Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

// Listen //

 

 

sp 

 

space

_

ban2010thedrums
space
space

space


space

voxpop20
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 14:32

Jacuzzi-Boys-copie-1.jpg

Ça y est, je remets petit à petit les pieds dans l'url. J'arrête de laisser tout le travail à la partie studieuse du binôme pendant que je check mes mails dans le fond de la salle. Parce que oui, je l'avoue, ça fait un bout de temps que je n'en glande pas une. Pas que je n'aime plus faire des articles; question de flemme majoritairement. Pourtant, en ce moment, j'ai découvert des tas de petits groupes plutôt cool dont je voulais parler. 

Le problème: aucun n'est assez consistant pour faire l'objet d'un article bien détaillé avec biographie express, discographie précise et avenir supposé... Ou c'est sûrement moi qui ne sais plus comment argumenter les choses. 

J'ai découvert Vondelpark il y a quelques mois, j'ai écouté "California Analog Dream" et je me suis dis que c'était le titre parfait de la rentrée, le morceau posé et atmosphérique que j'attendais de trouver depuis longtemps. Et puis je me suis précipitée sur le reste des compositions, et je suis passée légèrement au dessus. C'est pourtant simple et aéré, mais pas au niveau de mon coup de coeur premier. Déception donc. Mauvais sujet d'article. 

Sur La Frange, j'ai chopé "I Love you Like a Madman" de The Wave Pictures. Amour.C'est en amphi de physique que j'allume mon iPod pour découvrir la bande son officielle de tous mes trajets. Et je reste médusée les trois minutes de la chanson. De l'amour mélodique et enroué je te dis. Je me rue sur l'Internet avec l'espoir que le dernier album me fasse le même effet. Bear in the Breakers n'est pas aussi bon que Instant Coffe Baby. On passe encore. 

Youtube, il y a moins d'un mois de cela. Je traîne sur la chaîne de la Blogothèque et tombe sur le concert à emporter de Hanni El Khatib: américain d'origine mi-argentine mi-palestinienne; qui a la casquette sur le crâne, le coeur a l'extérieur et entretient une esthétique légèrement maculée. Rien de bien original en gros. Sa musique a l'air assez prenante et intéressante, dans l'idée en tout cas. Avec la même réjouissance naïve apparemment indestructible, je me passe le reste de ses enregistrements. Agréable mais irrégulier, trop inconsciemment foutraque. Il reste cependant bon à suivre a distance. 

jacuzzi boys glazinEt puis dernièrement, je tombe sur Jacuzzi Boys au gré de mes recherches de plus en plus oisives. J'en avais vaguement entendu parler quand ils avaient sorti No Seasons en 2009. Je me décide à écouter Glazin', délivré cette année. L'estomac retourné, le coeur hyper actif et le sourire aux lèvres. L'impression de tenir enfin quelque chose de sérieux.

Jacuzzi Boys, c'est un groupe floridien on ne peut plus hétérogène. Leur premier EP, passé plus ou moins inaperçu (corrige moi si je me trompe) est sorti en 2008. Mais en fait, il est inutile d'aller chercher plus loin que 2011 pour découvrir le meilleur du groupe. Glazin' est beaucoup plus abouti, net et tordu que leurs précédents opus. Bon allez je me lance; cet album est parfait dans le genre. Certes, j'ai un peu la perfection facile en ce moment (bonjour la crédibilité), mais il faut me croire pour le coup. Si t'aimes The Soft Pack ou Harlem (et bien sûr, you do), tu aimeras les Jacuzzi Boys, même si ils ont un nom de film porno amateur. 

 

Pour écouter:


"California Alanog Dream" - Vondelpark

"I love you Like a Madman" - The Wave Pictures 

"Loved one" - Hanni El Khatib

"Cool Vapors" - Jacuzzi Boys

"Glazin'" - Jacuzzi Boys

Repost 0
Published by Alison R. - dans Sélections
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 14:02

514l8jEwECL._SS500_.jpg

Ça fait un bout de temps que je rode l'article sans jamais daigner me poser devant mon écran et gratter du clavier.

Avec Tim Cohen, j'espère vraiment apporter du neuf dans les playlists, un petit sourire sur les visages pâles d'un automne trop froid et puis surtout un peu de tripe dans le fin fond de la cage thoracique. 

Leader des trop méconnus Fresh and Onlys, Tim Cohen balance discrètement de l'album solo. Calé dans une branche qui le démarque quelque peu de son superbe combo, le dude de San Francisco se défend comme un maître. En posant sa voix semi-grelottante sur des instrus tantôt langoureux et tantôt tranchés, il satisfait mieux que personne une rentrée radine et décidément décevante. 

Quand le temps manque et que les vacances s'envolent sans nous prévenir, on vire facilement monomaniaque; et avec Tim Cohen dans les oreilles, tout paraît moins dur et la lassitude se fait la malle. Tant mieux. 

Partagé entre folk attendrissant et rock légèrement plus sévère, il s'insère dans un entre deux qui lui va bien et nous ravi. 

Véritable coup de coeur de cette fin d'année malheureusement pauvre en écoutes, Tim Cohen constitue tout ce qu'on pouvait demander, voire plus. Et ça , tu vois, c'est plutôt cool.

Repost 0
Published by Alison R. - dans Sélections
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 14:30

Contrairement à ce que l'on pourrait croire We Have Band n'a pas de participation financière chez Les Clandestines. Ce n'est qu'une obsession comme une autre. Certains coupent des cadavres nous nous guettons les moindres faits et gestes de We have Band. « Divise » nous montre que les séances de fitness improvisées en total look monochrome American Apparel ont tout de même leur charme. De quoi presque nous convaincre de sauter dans nos basket pour de longues séances de torture. Musicalement on reste dans la ligne directrice du groupe avec leur pop tintée d'influences 80s peut être un peu moins accrocheuse que leur précédent single. 
 A voir, écouter, et tester.
 
Repost 0
Published by Rebecca H. - dans Sélections
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 14:01


La boite à clip hebdomadaire revient dans quelques jours
Repost 0
Published by Rebecca H. - dans Sélections
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 23:50


Alors oui on ne l'entend pas chanter, mais il s'agit tout de même des une minutes et trente six seconde les plus inespérée de l'été mesdemoiselles monsieur vous ne rêver pas le Leader des Strokes( à savoir si vous vivez coupé de la civilisation Julian Fernando Casablancas) se lance dans un carrière solo le temps d'un album prévu pour cet automne. Ce qui peut également sous entendre une tournée européenne. Les Clandestines sont en pleine investigation, on vous tiendra au courant au plus vite. C'est  le genre de nouvel qui met totalement à  la trappe la sortie du Nouvel Album de Dead Weather mais que voulez vous ils auraient du choisir un autre jour. Sur ce je vous laisse profiter de la vidéo.
Source: NME
Repost 0
Published by The Clandestines - dans Sélections
commenter cet article
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 18:00


La rubrique clip est l'une des plus anciennes du blog, une sorte compilation de ce que l'on aimerait voir sur note chaîne parfaite.L'envers du décor n'a rien de très excitant juste une batterie de code html et quelques coups de coeur trouvés ici et là au fil de nos rencontres, sans avoir la prétention de vous présenter la désormais fameuse  T.D.M.E.R.M.M.
Un petit arrêt sur Stricken city s'imposait. Le groupe se lance dans une série de mini clip sur les différentes destinations de leur tournée avec pour premier arrêt Paris. Le tout sur une playlist en grande partie inédite et tourné en Super 8 par le groupe lui même. Un voyage  en tout simplicité au détour de quelques fou rires agrémenté d'une  simplicité et d'une fraîcheur  propre au groupe; tour à tour éblouie par les lumière de la nuit puis fasciné par ses moments  hypnotisant sur une pop électrique subtile et touchante.
Le trio londonien s'en sort merveilleusement bien pour une première expérience en nous faisant redécouvrir sous un autre angle  le temps d'un titre une ville que l'on pensait connaître par coeur
Un projet à suivre avec attention.

MUSIC: LOST ART (GOLD PANDA REMIX) - STRICKEN CITY

L'ensemble des videos
Repost 0
Published by Rebecca H. - dans Sélections
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 13:41

Le temps nous manque, le décompte est long et overblog se joue de nous (en nous effaçant nos articles); les résultats tardent donc à arriver et nous nous en excusons grandement. Par ailleurs, il semble que quelques précisions soient utiles. Précisions en rapport avec les remarques et questions qu'il nous est arrivé de voir à plusieurs reprises dans les commentaires.
Tout d'abord, pour la présence de The Coral. Certains ont précisé, à juste titre, qu'ils n'avaient pas sorti d'album l'an dernier. En revanche, ils n'ont pas été inactifs et la collection de singles accompagnée de titres inédits mérite bien une considération non?
Ensuite, en rapport avec la nationalité des Kills. A moitié anglais seulement, certes, mais basés à Londres; ce qui nous permet de les considérer comme groupe britannique.
Aussi, les choix des titres ne semblaient pas convenir à beaucoup de monde. Nous nous en doutions un peu, mais il est assez difficile de choisir des titres qui aient en même temps marqué l'année, qui ne soient pas trop choix personnels et pas trop inconnus non plus, pour que les choix soient équitables.
Enfin, le passage des numéros 11) à 14) ne démontre pas que notre apprentissage des chiffres arabes a été baclé, il s'agit simplement d'un oubli de notre part, comme vous vous en doutiez!
Merci à tous les votants d'avoir jouer le jeu!



LES RESULTATS



1) Meilleur groupe britannique: The Coral
L'élection du meilleur groupe britannique s'est surtout jouée entre deux groupes: The Coral et The Kills. A tout juste deux voies d'écart, The Coral est déclaré meilleur groupe britannique. L'avantage des uns fait le délaissement des autres; les Duke Spirit et les Draytones n'ont récolté aucune voie, à notre grand regret.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


2)Meilleur groupe international:
The Black Angels
C'est sans grande surprise et avec un sérieux avantage que les Black Angels sont le meilleur groupe international. Malgré cela, certains groupes ont réussi à se démarquer, nous pensons notamment à Cold War Kids et The Dodoz.

 

 

 

 

 

 

 









3) Meilleur artiste solo: Beck
Beck, ce n'est pas que le meilleur artiste solo de l'année 2008 pour un petit blog français. Beck c'est une période de la musique, c'est des titres phares, c'est aussi un excellent dernière album finalement très reconnu. C'est un peu pour tout cela qu'il est élu assez largement meilleur artiste solo. Le "largement" est tout de même relatif, Matt Eliott et Eugène McGuiness rodent.















4) Meilleur groupe live:
The Raconteurs + Foals

The Raconteurs et Foals. Ca pullule dans les choix des votants. Ces deux noms reviennent à plusieurs reprises malgré un choix totalement libre. La puissance des Raconteurs pour les uns, l'originalité mordante de Foals pour les autres donc.














5) Meilleur nouveau groupe: The Rascals

The Rascals est suivi d'on ne peut plus près par les Last Shadow Puppets. Miles Kane est ici pour rafler la mise, il emporte tout sur son passage. Cette récompense qui revient aux Rascals démontre bien que c'est Kane que tout le monde voulait féliciter et que finalement Turner ne lui fait pas tant d'ombre que ça.




6) Meilleur album:  Third - Portishead

C'est sans grande surprise et avec un plaisir mesuré qu'on nomme Third de Portishead, album de l'année. Antidotes de Foals n'était pas loin du tout. Albums de qualité qui en imposent face au choix du NME...
Aucun album n'a été vraiment délaissé mais on note une faible quantité de voies pour Scoop du Jour, un peu moins connu peut-être et Survival, apparu un peu plus tard dans l'année avec une plus grande discrétion.



7) Meilleur titre: "My Mistakes Were Made For You"- The Last Shadow Puppets + "Time to Pretend" - MGMT

Rendons à César ce qui est à César. "Time to pretend" est une excellente chanson,qui a marqué l'année 2008 plus que n'importe quelle autre. C'est pourquoi sa présence semble assez évidente. "My Mistakes Were Made For You", peut-être le meilleur titre de l'excellent album des Last Shadow Puppets et dernier succès en date du duo qui laisse sous entendre qu'il remettra le couvert d'ici 2010. A la vue du premier opus on attend le second avec impatience.




8) Meilleur clip: "Last Day of Magic"-The Kills + "A Thing for Me"- Metronomy

C'est deux univers différents. En premier plutot l'effet apaisant et interpellant d'une petite balle qui rebondit, pour d'autres l'effet stimulant et sauvage d'une bonne bagarre entre les Kills. Le sexuel d'un côté, le minion de l'autre. Le mérite revient aux deux. En second le sens de l'humour so british du trio electronique de Metronomy.
"The Age of The Understatement" et "You in Colour" ne trainent pas très loin derrière.

 




9) Meilleur DVD: A cross The Universe -
Justice
Un nombre de voies relativement élevé pour un choix totalement libre! Une distinction finalement largement méritée pour ce documentaire retraçant le périple des dignes héritiers de la french touch à travers la contrée de l'oncle Sam. Tout est dans la démesure.




10) Meilleur lieu:
La Maroquinerie
Voilà un résultat qui nous fait bien plaisir, à nous, grandes amatrices de la Maroquinerie. Brooklyn rodait. Brooklyn a failli être élu meilleur lieu parce que capitale de la culture, de la musique notamment. Mais le confort intimiste d'un lieu comme le Maroquinerie l'a emporté sur la grandeur et l'abondance de Brooklyn.





11) Meilleure pochette de disque: Fleet Foxes - Fleet Foxes

Ca s'est joué à très peu. Le choix entre la couleur et le noir et blanc; entre le un peu old school sexy et le dynamisme multicolore. C'était entre The Age of The Understatement et Fleet Foxes. Et puis, c'est finalement Fleet Foxes qui termine devant. Une des seules distinctions que nous accordons au groupe ici, d'ailleurs.














14) Pire album: Only by The Night - Kings of Leon
Merci à la mauvaise foi de la blogosphère qui, envers et définitivement contre le NME a élu Only by The Night de Kings of Leon pire album de 2008 ! C'est avec un certain degré d'ironie qu'il faut peut-être prendre cela. Mais comme le moteur de la blogosphère n'est pas la mauvaise foi mais la qualité, une justification est souvent ressortie: l'album était décevant. Et nous savons bien qu'un album décevant est bien plus déconsidéré qu'un album dont on n'attendait rien. L'excès de hype a aussi joué, bien entendu.






15) Pire groupe: Keane
On dira simplement que c'est sans surprises, donc peut-être sans plus de commentaires.














16) Femme la plus sexy: Alisson Mosshart

Une des rares majorités absolues. Alisson Mosshart a été élue femme la plus sexy; laissant les autres prétendantes non loin de la case départ. C'est un style, une attitude, une dégaine. C'est un tout.




17) Homme le plus sexy: Sam Riley +Andrew Vanwyngarden
Peut-on réellement s'étaler sur les résultats d'un vote tel que "personne la plus sexy"? Il en est ce qu'il en est. Un charme un peu féminin, une voix plutot androgyne pour Vanwyngarden; un côté très austère et une voix roc à souhait pour Riley. C'est sur deux terrains différents, mais tout aussi charmants que se positionnent ces deux garçons.



18) Meilleur site: VDM
Un énorme paradoxe. VDM est élu meilleur site parmi une flopée d'excellents sites musicaux.



Plus gros ego: Les frères Gallagher
Rien de tel qu'un bon gros cliché de temps en temps. Les frères Gallagher ont le plus gros ego. Ca s'impose presque comme une vérité générale. Réalité tellement évidente qu'ils sont les seconds et derniers à obtenir la majorité absolue.

Repost 0
Published by The Clandestines - dans Sélections
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 17:08

Le 25 février dernier, les NME Awards. Les résultats tombent, le désespoir apparaît sur les visages autrefois plein d'espérance, mais aujourd'hui blasés, parcequ'habitués. Vous connaissez notre mini-allergie, pas au NME non, mais à leurs égeries. Toutes leurs tendances à prendre le moyen pour excellent, le mauvais pour bon et à zapper le reste. Tout dans la hype, le talent on verra plus tard. Sauf que voila, impossible de rester indifférentes, lorsque cette machine à pub nous annonce que Only By The Night de Kings of Leon est l'album de l'année; que Muse est le meilleur quelque chose (inutile de préciser, c'est déjà trop); Oasis meilleur groupe britannique... J'en passe et des meilleurs comme dirait l'autre. Nous avons donc décidé d'user violemment de notre pouvoir, comme pour l'article qui a ouvert ce blog; en organisant des contres-récompenses.
Point de cérémonie prestigieuse; point de récompenses...
Nous vous expliquons le principe, participe qui veut.

Nous nous offrons le luxe de choisir les véritables vainqueurs. Nous tentons de rester assez large pour que tout le monde puisse voter, assez objectives pour que tous les groupes aient leur place; mais bien sûr, le tout sera légèrement personnalisé. Chaque votant choisi simplement un des nommés, bien entendu. Nous gardons les principales catégories du NME, nous en enlevons certaines, souvent... grotesques et puis pour ne pas que le vote soit trop lourd.  Nous vous donnons la possibilité de choisir ceux qui figurerons dans les catégories : Meilleur Groupe Live// Meilleur dvd Musical et Meilleurs Lieux.

Les hostilités sont ouvertes. Bon vote.





1) Meilleur groupe britannique 

Spiritualized
The Draytones
The Kills
Fuck Buttons
Portishead
The Coral
The Duke Spirit


2) Meilleur groupe international

The Black Angels
The Dodos
Islands
Bon Iver
Cold War Kids
Tahiti 80
Sigur Ros
The Virgins


3) Meilleur(e) artiste solo


Pete Doherty
Adam Green
Matt Elliott
Beck
Eugene McGuiness
LadyHawke
La Roux


4)Meilleur groupe live

...


5) Meilleur nouveau groupe

The Last Shadow Puppets
The Rascals
Forest Fire
MGMT
Vampire Weekend
Stricken City
Chairlift
Ra Ra Riot
We Have Band


6) Meilleur album
 

Songs In A&E - Spiritualized
The Age Of The Understatement - The Last Shadow Puppets
Scoop Du Jour - Whirlwind Heat
Third - Portishead
Directions To See A Ghost - The Black Angels
Survival - Forest Fire
Antidotes - Foals
Activity Center - Tahiti 80
Loyalty to Loyalty - Cold War Kids


7) Meilleur morceau

"Time To Pretend"  - MGMT
"My Mistakes Were Made For You" - The Last Shadow Puppets
"Cape Cod Kwassa Kwassa" - Vampire Weekend
"I Make Windows" - Forest Fire
"Gila" - Beach House
"Lucid Dream" - Franz Ferdinand
"Out Of Dreams" - The Rascals
"You Get So Lycky" - Adam Green
"Consoler Of The Lonely" - The Raconteurs
"Dig, Lazarus, Dig!!!" - Nick Cave and The Bad Seeds 


8) Meilleur clip

"The Age Of The Understatement" - The Last Shadow Puppets
"Mr Junk Stuffed" - Man Man
"Last Day Of Magic" - The Kills
" You In Colour" - The Black Angels
" Soul On Fire" - Spiritualized
"Time to pretend" -MGMT
"Gobbledigook"- Sigur Ros
"A Thing for me"- Metronomy


9) Meilleur dvd musical

...


10) Meilleur lieu

Le mur rescapé du CBGB

Brooklyn

Galerie Chappe

Ground Zero

La Maroquinerie


11) Meilleur pochette de disque

The Age Of The Understatement - The Last Shadow Puppets
Saint Dymphia - Gang Gang Dance
Scoop Du Jour - Whirlwind Heat
Dig!!! Lazarus Dig!!! - Nick Cave and The Bad Seeds
Let It Ride - Buffalo Killers
Rabbit Habits - Man Man
Fleet Foxes - Fleet Foxes 


14) Pire album 

Only By The Night - Kings Of Leon
Partie Traumatic - Black Kids
Intimacy - Bloc Party
Slipway Fires - Razorlight
Romance at First Notice - Dirty Pretty Things

15) Pire groupe 

Late Of The Pier
Black Kids
Razorlight
Dirty Pretty Thing
Keane


16) Femme la plus sexy

Alison Mosshart

PJ Harvey
Liela Moss (the Duke Spirit)
Cassie Ramone (vivian Girls)
Agyness Deyn
Rebekah Raa (Stricken City)
Peaches Geldof



17) Homme le plus sexy

Alex Turner
Andrew Vanwyngarden
Albert Hammond Jr
Adam Green
Yannis Philippakis
Sam Riley

 

18) Meilleur site internet

Mille Feuille
Magicrpm
Noisemag
Sound Of Violence
 The Selby
VDM


Catégorie Perso

Plus gros ego
 

Les frères Gallager
Johny Borell
Andrew Vanwygarden
Lou Reed
Kings Of Leon




Repost 0
Published by The Clandestines - dans Sélections
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 11:10


Être passionné de musique est assez étrange en définitive, surtout quand il s'agit de rock.
Beaucoup de monde se pose des questions sur les raisons de notre engouement pour des groupes de "petits branleurs" qui ont juste pris la peine d'apprendre à jouer quelques accords de guitare.
Souvent, les gens ne comprennent pas le fait qu'on puisse s'attacher à ce monde au point d'en parler tout le temps, d'y penser beaucoup, d'en faire un blog...
Alors, ces personnes finissent par nous interroger, avec un petit air ironique, pour tenter de comprendre peut-être. "Comment tu peux t'enfermer à ce point dans ta musique?". Mais qui a parlé d'enfermement?
Bien décidées à prouver à tous que par le seul biais de la musique nous pouvions avoir accès à un tas d'autres genres artistiques; nous avons décidé de monter une sélection de 10 artistes qui se sont, un jour, impliqués dans la musique.
Imposant leur seconde passion, prêtant main forte aux musiciens, revendiquant leur penchants, défendant leurs goûts; tous ces artistes ont plus ou moins contribué à l'épanouissement d'un genre, à la popularisation d'un style ou ont juste trouvé le moyen d'allier deux hobbies.

(Sans ordre ni classement particulier)

















































Jean-Charles De Castelbajac

JC/DC (à prononcer à l'anglaise) fait parti des créateurs qui n'hésitent plus à faire jouer des groupes en live pour donner un petit coup de pouce à sa collection. Dernièrement le Catwalk a eu droit à un superbe set de Man like Me. On peut le croiser dans les concerts parisien où il n'hésite pas à se mêler à la foule pour acclamer les derniers petits groupes qui nous plaisent (tous ceux qui étaient au concert de CSS en juin 2008 s'en souviennent). Sa passion se traduit également dans son travail, de sa robe "Smell like Teen Spirit " à sa collection Jc in the Sky with diamond que l'on peut qualifier de pop en général. Sûrement l'un des seuls de cette selection à être quasi passé à l'acte en produisant une bonne partie du dernier album de Maréva Galenter. Le resultat est quelque peu mitigé à vrai dire on le préfère dans nos placards car il nous fait divine belle en nous faisant divinement rire.



Make Abetz et Olivier Drescher

Légèrement moins populaires que tous les autres artistes de la sélection, Abetz et Drescher sont néanmoins très caractéristiques de ce dont nous traitons. Ils illustrent à merveille leurs sérieux penchants rock et pop 60s via des peintures très colorées représentant guitares, vinyles, garçons dans le vent avec perfectos et bottes. Visiblement très fiers de leurs références, ils traduisent avec un talent rare leur amour prononcé de la musique. Leurs tableaux sont une sorte de mix entre flower power et guitares ensanglantées, mélange entre fond froid et superposition d'éléments a priori incohérents. Le point positif et capital, c'est qu'on n'a jamais assez regardé leurs tableaux. Ils attirent l'oeil et le garde en éveil. Chaque nouveau regard sur les peintures s'avère fructueux. Ces allemands, friands de rock anglais, ont déjà su séduire lors de leur exposition "The Modern World Starts Now" et leur reconnaissance hexagonale se veut croissante. Des peintres qui valent sérieusement le détour. On vous aura prévenu.
 

Peter Whitehead

The Fall, Tonight let's all make love in London, The Perception Of A Life, Pink Floyd London 66-67. Qu'ont tous ces titres en commun, à part le fait qu'ils soient films et musique en même temps? Peter Whitehead, le génie de la réalisation en matière de musique. Peter Whitehead a cotoyé les plus grands du rock (Rolling Stones, Pink Floyd..) et leur a concocté d'incroyables clips ou consacré de grands films/reportages. Les prestations scéniques des groupes étaient sublimés par son goût. Il dosait juste. Souvent comparé à un ethnologue, il trouvait à travers la pop 60s un esprit de contre-culture révolutionnaire. Ainsi, il monte Wholly Communion avec les nihilistes de la Beat Generation (Ginsburg, Corso ...). Son film le plus reconnu, considéré comme l'un des meilleurs est The Fall, qui comme nombre de grandes oeuvres, avait à l'époque, laissé les gens légèrement indifférents et perplexes. Jeunesse engagée contre la violente guerre du Vietnam. Peter Whitehead représentait avec talent ce qu'il défendait, ce qu'il aimait. Ainsi, Mick Jagger et Andrew Oldham se retrouvent pris dans une manifestation anti-guerre dans "Tonight, Let's Make Love In London".
Par la suite, Whitehead devient fauconnier pour un prince arabe. Un parcours assez étrange qui peut rappeler quelques grands artistes. Peter Whitehead fait parti des grands; partout aujourd'hui on lui rend enfin hommage. 



Vivienne Westwood

 Vivienne Westwood est un des piliers de cette sélection. La définition parfaite de l'artiste impliquée dans la musique. Son nom se rapporte automatiquement à Malcom McLaren, musicien et accessoirement manager des Sex Pistols et des New York Dolls.
Mais, la styliste anglaise est surtout connu comme étant la première à oser le style punk. Rebelle dans l'âme, elle ouvre la première boutique de mode punk baptisée Sex. Le magasin se popularise ainsi, il est provoc', ironique, sarcastique, insolent; la styliste à la tignasse de feu créée des cuirs, des tee-shirt pornographiques, des slogans agressifs... inutile de faire un dessin, elle est celle qui a habillé les Sex Pistols; c'est punk jusqu'au bout des ongles! Le tout est finement mêlé et parfaitement bordélique. Considérée comme une des stylistes les plus influentes (Stella McCartney, Alexander Mc Queen ou encore John Galiano); classée 6ème sur le "Women's Were Daily" (sorte de Bible de la mode). La grandeur et l'incandescence du punk se lit aujourd'hui encore à travers elle!
Let It Rock!

Hedi Slimane

Un personnage qui reste quelque peu discret. On peut penser qu'il est bien trop tôt pour que l'on puisse mesurer l'influence qu'il a pu avoir sur la scène musicale actuelle. Hedi Slimame a oeuvré autant sur le plan de la mode  que dans la musique en réconciliant deux mondes qui semblaient s'être tournés le dos depuis longtemps. Du look dandy rock à silhouette un peu androgyne chez Dior à son fameux "London birth of a cult", tout semble réussir à ce jeune créateur initialement destiné à une carrière dans le journalisme. Cela n'a rien avoir avec la chance c'est parce qu'il entreprend avec sérieux tout ce qu'il fait ,d'où son départ en 2007 pour se concentrer sur sa propre marque. C'est sans surprise qu'on le retrouve aujourd'hui à Benicassim ou en tant que syliste pour la dernière tournée de Daft Punk peut être même derrière les platines au détour d'une soirée. En attendant, il a aussi pris la place du blogger photographe où se croisent acteur, découvertes, groupes et anomymes.

 

Elizabeth Peyton

Influencée par Hockney et Warhol, Elizabeth Peyton aborde un style très original où la popularité du modèle rencontre le confort intimiste d'un petit portrait. Elle peint souvent sur de petites toiles, ses tableaux très inspirés, qu'elle tutoie et appelle par leur prénom. Clairement influencée par des sons très rock & pop, ses peintures varient de Sid Vicious à John Lennon en passant par  Jarvis Cocker (pour les plus connus). Elle les baptise "Sid", "John" ou encore "Jarvis", sorte de signature spécifique. Une de ses oeuvres est dans la collection du Centre Pompidou. Et pour le côté actualité, elle a récemment peint Michelle Obama. Des thèmes actuels, des oeuvres sécifiques (souvent faites à partir de photo), un talent imparable et une pleinitude interpellante; les tableaux d'Elizabeth Peyton donnent juste envie d'être possédés.


Florent Mazzoleni 

Florent Mazzoleni, redacteur aux inrocks, n'aurait jamais du figurer dans cette sélection, nous le concevons parfaitement. Sinon, trop facile, nous aurions dû placer Ungemuth pour sa plume percutante, Lester pour ses métaphores parfaites ou simplement Manoeuvre parce qu'il est lui (ou pour ses lunettes peut-être..). Mais, au delà de tout cela Mazzonleni a fabriqué plusieurs éditions de L'Odyssée du Rock, excellent pavé qui résume l'histoire du rock, des années 50 à nos jours ( le dernier s'arrête en 2007). Ce bouquin, très connu, qui a même réussi à se faire un nom, se lit facilement et contient des images originales et pour certaines introuvables. L'auteur n'est jamais vraiment objectif et c'est peut-être ce qui peut plaire, dans la subtilité de son écriture.
 On n'est pas toujours d'accord avec ce qu'il décide de taire et ce qu'il choisi de mettre en avant, mais il faut avouer que tout y est. On y trouve tout, des dates de sorties d'albums aux petites anecdotes croustillantes. Par ailleurs, il a aussi fait pas mal de bouquins sur la musique africaine, la soul, le disco, le blues, James Brown... qui ont aussi une reconnaissance toute particulière. C'est pout tout cela que Mazzoleni a une place dans notre sélection. 


Andy Warhol  

Chef de file du pop art, c'est un peu par hasard dans un petit club de New York qu'il découvre le Velvet Underground qui deviendra le centre The Exploding Plastic Inivitable. Une véritable experience et performance artistique intense fortement controversée à l'époque qui cherche provoquer et destabiliser le public: des lumières aveuglantes, une musique assourdissante dans une foule compacte.  Aussi eprouvante pour le public que pour le groupe lui même; et mettra à l'epreuve la solidité du Velvet durant une tumultueuse tournée sans fin. Sans lui pas de Velvet Underground and Nico. C'est vrai qu'aujourd'hui on se souvient plus de la banane sur la pochette de l'album (que l'on pouvait peller sur l'edition originale) mais il a fait bien plus de l'at work en passant de temps à autre en studio pour aiguller le groupe. Cela n'aura été que l'affaire d'un album, on le connait pour ne pas pouvoir tenir en place. Il se recentrera pas la suite sur ses oeuvres en gardant un lien étroit avec la musique et on lui connait sa fin tragique.

Vincent Moon

L'un des fondateurs de la blogothèque et des Concerts à Emporter, autant dire le meilleur podcast video de la blogosphère. Que ce soit dans un petit bar parisien (The spinto Band pour le numéro1), dans une baignoire, un téléférique ou au détour d'une rue, le constat est le même depuis 3 ans ce podcast a permis de sortir la musique des clubs et des salles de concerts pleines à craquer pour des performances intimistes sans superflu  avec les moyens du bord et toujours le même engouenement que ce soit Arcade Fire, Bloc Party ou un groupe encore à ses débuts. C'est par ce chemin là que l'on découvre son travail de réalisateur toujours aux cotés des musiciens . Ses dernières collaborations en date A skin Anight qui suit The National au coeur l'enregistrement de Boxer ,ou The Flying Cup Club  qui illustre chaque titre de l'album dans différents endroits à Brooklyn accompagné Zach Cordon et  de ses musiciens. Finalement, on se dit qu'Internet ne détruira pas la musique, bien au contraire...


Jean-Christophe Menu

Jean Christophe Menu, dessinateur, est un vrai passionné. "Looked Groove Comix", sa dernière BD qui a pas mal fait parlé d'elle, est totalement imprégnée de cette passion qui ne le lachera pas. "Ces titres sont TOUS meilleurs que TOUT ce qui passe au Hit Parade", c'est avec cette phrase mémorable qu'il exprime ses pensées et les met en images sur une de ses BD. Ainsi, Menu découvre la musique avec le N°1 des Beatles pioché dans la collection de son père. Et depuis, il ne s'arrête plus. Il se nourrit de pop 60s, fume du punk. Ses références? Dead Kennedys, Bauhaus, les Saints... Une collection d'environ 6000 vinyles pour trouver toute l'inspiration nécessaire et fabriquer ce parfait mixe BD, rock; "ils sont tous deux contre-culture et sont donc fait pour s'entendre" dit-il. Pourquoi pas. En tout cas "Looked Groove Comix" donne bien envie (Sonic Youth, les Beatles etc y sont présents). Disponible et en évidence dans n'importe quelle FNAC.

Repost 0
Published by The Clandestines - dans Sélections
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 19:24
Musicalement, remonter jusqu'à janvier 2008 semble une incroyable péripétie, semée d'embûches de surcroît. Il s'avère très difficile de savoir quand un album  est sorti officiellement en France, alors qu'il nous faisait déjà headbanger sur nos iPod; car oui comme tout élève studieux nous devons nous mettre à l'aval du mouvement sans pour autant glisser dans l'illégalité. 
Mais la lourde tâche de la remémoration ne nous a pas effrayé. Comme pour la plupart des blogs, en ce mois de décembre, notre préoccupation première est de faire le tri dans nos disques et CD afin d'en extraire ceux qui ont rythmé notre année. 
Nous avons cependant été confronté à un problème de taille: Comment trouver le juste équilibre entre les albums qui ont "officiellement" marqué l'année et ceux qui ont marqué notre année? 
C'est en binôme, figées durant de longues heures que nous nous sommes posé la question. Nous avons pesé le pour, le contre, confronté nos idées, essayé de réunir nos points de vue divergents... c'est dire le sérieux de notre travail.
Seulement voilà; il nous a été impossible d'en arriver à bout. Force était d'accepter le  fait de n'avoir pu surmonter le choix cornélien auquel nous étions confronté; à croire que l'objectivité n'est pas notre fort. 
Nous avons finalement décidé d'établir deux listes. Une première des 10 meilleurs albums qui ont fait du bruit. Une deuxième des 10 albums qui nous ont personnellement ravis. 


Albums de L'année


Midnight Boom, The Kills

Qu'ont encore à prouver les Kills? Ils sont le couple romanesque subsistant grâce à cette chimère et à l'ambiance charnelle qu'ils installent. Après deux albums dantesques, ils reviennent avec Midnight Boom. La noirceur des premiers efforts semble quelque peu délaissée au profit d'une musique plus rythmée. Mais le fond reste le même, les paroles sont là pour en attester.


Rascalize, The Rascals  

On crie au vice quand la bande à Miles Kane décide de sortir son album juste après le succès des Last Shadow Puppets. Et peut-être que tout était effectivement calculé. Mais le talent des Rascals apparaît comme une évidence à l'écoute de l'album tant le leader semble à l'aise avec tout ce qu'il fait. Difficile de croire qu'il s'agit là d'un premier album...et c'est de pied ferme qu'on attend de se refaire berner.


Vampire Weekend, Vampire Weekend

Simples Intellos New Yorkais ou véritable phénomène?
Un impact mesuré et efficace pour ce quatuor qui a su démocratiser des influences plutôt difficiles à assimiler pour un fan de rock. Une confrontation directe entre ce qui semble être issu de l'Afrique subsaharienne et le pop rock dans sa forme la plus évoluée.



The Age Of The Understatement, The Last Shadow Puppets 

Alex Turner et Miles Kane ont débarqué, l'air de rien. Ils se sont imposé sur nos platines, ont envahi nos iPod et fait figure de favoris dans nos playlist. Et ce n'est que plus tard qu'on se rend compte qu'ils sont une toute nouvelle formation. Quand une pop envoûtante supplante un rock alerte, ça donne The Age Of The Understatement, et ça nous habite définitivement.



Third, Portishead
Qui ne s'est pas un temps senti trahi par Portishead durant ces longues années de silence? 10 ans après, les rois du Trip-Hop sont de retour avec Third. Cet album froid et agressif, comme-ci le temps avait eu son petit effet, provoque une réticence. Mais la qualité des paroles et le talent naturel de Portishead se manifestent vite pour endormir la petite révolte qui commençait à se manifester. On se dit rendez-vous dans 10ans?

 
Oracular Spectacular, MGMT
On a un peu été tenté de faire mine de ne pas avoir prêter attention à l'électro-disco-pop-psychédélique du duo New-Yorkais. Pourtant, il faut avouer qu'ils ont fait parti de notre quotidien durant quelques mois. Alors, certes, plutôt la mer à boire que de réécouter leur album aujourd'hui; mais il y aura toujours une de leur chanson bien placée dans nos playlist - ne serait-ce que par nostalgie-. Et, en final, les avis sont mitigés, voilà qui contraste avec l'euphorie générale du début. Mystic Bullshit? A suivre... 



Petite Mort, Second Sex
Leur présence dans une sélection peut paraître assez prématurée, on le conçoit. Qui plus est, leur album n'est pas particulièrement exceptionnel. Seulement, les Second Sex sont français. Patriotiques, nous? Pas pour un sou. On admet juste que ces quatre garçons dans le vent ne sont pas que photogéniques. Ils ont signé avec Petite Mort, un album garage comme on n'en entend que très rarement en France. Étant donné qu'on attendait pas grand chose d'eux, il faut comprendre notre surprise. On leur espère une bonne continuation, avec sincérité.



Jim, Jamie Lidell
Jim est sans conteste le meilleur album de Jamie Lidell. Il y  troque l'électro - soul approximative des débuts, contre de la véritable soul. Et là, il s'affirme totalement. Mais ne nous égarons pas, nul ne voulait tuer le chanteur à grosses lunettes de Multiply, on le voulait juste moins oscillant. Et le souhait fut exaucé grâce à la production par Warp (toujours) d'un album moins électronique.




Með suð í eyrum við spilum endalaust,  Sigur Ros
 On l'aura maintenant totalement intégré: en Islande il n'y a pas que Bjork et la géothermie. Le cinquième album de Sigur Ros est là pour le prouver. Les titres sont imprononçables et les paroles incompréhensibles; mais les réfractaires sont vivement invités à prêter l'oreille, même avec mauvaise foi, au post-rock (?) minimaliste du quartet. Le test Sigur Ros a jusque là fait ses preuves et est normalement infaillible.



Loyalty To Loyalty, Cold War Kids
On a sérieusement cru avoir affaire à des imposteurs en entendant pour la première fois l'introduction de "Something is not right with me" . Les Lads de L.A. auraient-ils viré pop en l'espace de quelque mois? Juste une petite frayeur pour le moins salutaire. Ils exposent avec succès leur désarrois transposé dans un univers moins dur accompagné d'influences plus américaines . Un rythme soutenu, tendu, mais plus fluide qui nous transporte dans une société pas si étrangère . Un album colle à la peau tel une gueule de bois dont on ne se défait pas facilement et vous laisse  haletant. Moins écorché vif mais toujours aussi poignant "Loyalty to Loyalty" risque de nous hanter pour bien plus que l'hiver.



Notre Selection




Devotion, Beach House
Beach House ou comment être l'un des meilleurs groupes pop de sa génération sans en avoir l'air. Devotion ou le minimalisme dream pop dans toute sa splendeur. Le couple (franco-)américain atteint des sommets et ses ressources semblent difficiles à épuiser. On ne s'en plaindra pas!


Songs In A&E, Spiritualized
Songs In A&E, le 6ème album des Spiritualized est évidemment admirable. Jason Pierce, officiant généralement sous le nom de J. Spaceman; prouve d'album en album qu'il n'est pas qu'un junkie bon à faire varier la géométrie de son groupe. Les 18 titres de cet album témoignent du talent de singer-song-writer de l'ex Spacemen 3.



Rabbit Habits, Man Man
Un quintet philadélphien livre cette année un album totalement délirant. Man Man nous fait bouffer de l'expérimental à grosse dose et on aime ça. Trompettes, jouets pour enfants et tout ce sur quoi on peut taper et qui est suscpetible d'emmettre un son, sont leurs instruments de base. Ils en jouent merveilleusement; ils ont le rythme dans le sang et la démence dans la peau. Et pour couronner le tout, leur concert à emporter était superbe!  Une belle année donc.

Mr Jung Stuffed- Man Man


Dear Science, TV on The Radio

Waouh! En théorie, cela devrait être assez pour parler de Dear Science. La dernière production de David Sitek surprend à la première écoute et habite dès la seconde. Un mélange de  rock sérieux avec un soupçon de psychédélique et de hip hop nerd. Un brillant album pour un groupe émérite. Dear Science perdurera.





Directions To See A Ghost, The Black Angels
Du psychédélique pur, comme très peu osent encore en faire. Aucune chanson de moins de 6min dans cet album sombre de plus d'une heure. Le sextet texan aime les guitares bien lourdes et le fait ressentir. Ils métrisent leurs intruments tels des virtuoses expérimentés. Un magazine avait dit qu'il était un des seul groupe à mériter l'appellation rock aujourd'hui; on ne démentira pas!




Donkey, CSS
Un nom pour brouiller les pistes+ Une couverture enigmatique et vous avez devant vous le millésime électronique de l'été 2008. Fini les appels explicites aux actes très peu catholiques..Les bresilliennes ne renient pas pour autant ce qui a fait leur succés ("Left behind"  se passe de commentaire). On sent une meilleure maitrise de leurs instruments, le synthé parait plus canalysé au profit des guitares. Leurs mesaventures n'ont pas affecté cet album qui leur permettra d'envahir les scènes du monde entier affublées de tenues extravagantes.



The Virgins, The Virgins
Le culot du cher  Donald Cumming n'est pas innoncent à la tournure actuelle des choses. La légende voulant qu'il ait signé un contrat avant que le groupe meme existe et que lors de leur premier concert parisien ils aient envouté la salle de la rue des capucines du haut de leur quelques mois.
Personne ne s'attendait vraiment à un tel album, à l'encontre des demos encore balbutiantes ne laissant pas présager leur basculement vers des influences 90s tout à fait assumées. Ils nous embarquent dans leur vie New yorkaise tumultueuse, rythmée de filles peu coopératives voire cruellles  en nous rapellant que la musique est avant tout faite pour s'amuser. De quoi les inclure d'office dans la playlist de toute soirée réussie.



Activity Center, Tahiti 80
 
Aussi longtemps que nous considérerons que Tahiti 80 est un des meilleurs groupes que la France ait connu, ses albums figureront dans nos sélections. En un peu plus de 10 ans de carrière, ils ont eu le temps de déchaîner les foules Japonnaises et d'obtenir l'attention de quelques français. Phénomène plutôt inexplicable, ces Rouennais ont pourtant tout pour plaire. Ils ont fabriqué, avec Activity Center, un son pop-rock, tinté d'électro, des plus honorables qui devrait enfin satisfaire l'exigente population européenne.    


Off with Their Heads, Kaiser Chiefs

On attendait peut-être plus de Kaiser Chiefs, un renouveau esthétique qui nous tiendrait en éveil. Autant être honnête, Off With Their Heads n'a rien de bien neuf. Ceci peut constituer un point faible évidemment, mais l'efficacité des premiers albums est toujours présente, la maturité en plus. et un tentative remarquable"Half the Truth". Ainsi, notre amour antérieur de la musique du groupe nous permet de continuer à apprécier le brit-rock de ces anglais.




Matinée, Jack Peñate
Matinée au delà d'être l'album qui a révélé son talent a bel et bien marqué l'arrivée de 2008.
Jack Peñate arrive à accomplir à lui seul ce que 5 s'efforcent d'obtenir en plusieurs années sans pour autant se vanter d'accomplir une quelconque volonté divine.
Car finalement, c'est ce qui nous plait dans cet album réalisé dans une simplicité des plus frappantes.









Repost 0
Published by The Clandestines - dans Sélections
commenter cet article