Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

// Listen //

 

 

sp 

 

space

_

ban2010thedrums
space
space

space


space

voxpop20
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 00:46

P1030730.JPG

Après un excellent concert à Benicassim nous étions plus qu'impatientes de retrouver The Temper Trap près de chez nous et encore plus de pouvoir leur parler en tete à tete  avant qu'il ne remplissent des stades. Car si cette destinée n'enchante pas tout le monde, leur façon d'aborder musique et leur sérieux  laisse deviner que la formation australienne est destinée à sillonner les routes à bord d'énormes bus tours. 

Vous venez de sortir de scène, qu’est-ce que ça fait d’ouvrir le festival?
Johnny: C’est le troisième jour et on était les premiers à jouer. Les gens sont souvent un peu fatigués mais je trouve que le public était assez réceptif.

On vous a vu il y a à peu près un mois à Benicasim et l’ambiance était carrément différente.
Toby: On a fait quelques concerts en France et peut être que le public français est un peu plus réservé mais les espagnols sont carrément fous.  Ils ne pensent qu’à faire la fête alors c’en vraiment sympa de jouer là-bas.

Qu’est-ce qui est différent à Rock en Seine?
Johny: Je me suis un peu baladé dans le festival  du coté de la fontaine. Je connais pas  l’histoire des lieux mais on sent que beaucoup de choses se sont déroulées ici. J’aurai vraiment voulu en savoir plus car en me promenant j’ai vu de superbes statues de saints entre les deux scènes (ndlr: scène de l’industrie et de la cascade). Je n’ai jamais vu une chose pareille . Paris est vraiment une belle ville.

 

P1030806

Quel a été votre meilleur festival?
Toby: Benicasim était vraiment sympa. Coachella était pas mal non plus. Le soleil était au rendez vous, on a vraiment passé un bon moment sur scène et après le concert on a pu aller voir les autres groupes pendant les 3 jours. C’était une peu une énorme fête et très drôle

Vous avez déménagé à Londres l’année dernière.
Johnny: On jouait en Australie depuis trois ans  et on cherchait vraiment une occasion de traverser l’océan. On était vraiment prêt à saisir toutes les opportunité pour réaliser ce rêve et on aimait vraiment l’Angleterre. On y a fait quelques showcases. Dès que l’on nous a proposé  d’y déménager et de sortir quelques Ep on a foncé sur l’occasion. Et d’un point de vue géographique c’est nettement plus facile de voyage. Londres est un peu le centre du monde.

L’Australie ne vous manque pas?
Johnny: Je pense que c’est plus ma famille qui me manque. Parfois mon ancienne vie me manque mais à Londres tout se passe très bien .

Votre vie à Londres est très différente de celle que vous aviez en Australie?
Toby: On est beaucoup plus occupé maintenant . On passe notre temps sur la route.  On passe lundi mardi dans une ville et les jours suivant dans une autre.  En Australie on passait beaucoups plus de temps à se promener qu'à tourner je pense.

On a entendu dire que vous prépariez un nouvel album pour 2011.
Tobby: On passé 4 jours en studio la semaine dernière pour écrire. On a peu près 4 ou 5 chansons  pour  le moment. On prevoit vraiment de le sortir l’année prochaine.
P1030732


Vous avez du rencontrer beaucoups de groupes sur la route. Est-ce qu’ils ont influencé votre manière de jouer?
Johnny: On a joué dans plusieurs festivals . C’est surprenant le nombre de groupes que l’on peut y croiser mais en fait on en a pas rencontré tant que ça.  Juste quatre ou cinq  avec lesquels nous sommes devenus amis parcequ’on s’est souvent croisé lors des festivals. Certain groupes qui je ne pense pas ont musicalement changé notre son comme: Mumford and Son, Florence and The Machine, Grizlee Bear, Yeah Yeah Sayer. On s’est vraient lié d’amitier avec eux et on aime leur musique.

Quel conseil donneriez vous à un nouveau groupe?
Toby: Répétez! Répétez! Répétez!
On répétait 3 ou 4 fois par semaines quand on a commencé. On a pas fait beaucoup de concert pendant cette période mais si tu fais de bons concerts tu as plus de chance de te faire repérer par un label  ou une agence et  si tu continues à travailler dur ça t’ouvre plein de portes.

C’est quand la dernière fois que vous vous êtes dit « je ne ferai plus jamais ça »?
Johny: Après avoir fumé ma première cigarette et j’ai jamais recommencé. Et toi Toby?
Toby: Jamais!

Qu'est-ce que vous faites quand vous manquez d’inspiraton?
Tobby: Quand on est tous ensemble on écrit tellement que même si un deux d’entre nous on  une panne d'inspiration il y a toujours un troisième qui a une idée. On travaille pas chacun de notre coté. On a vraiment de la chance.
P1030733
Comment voyez vous l’avenir du groupe?
Johnny: On est un peu des rêveurs. La plupart des choses que j’ai envie de dire sont des rêves alors… Notre premier album est assez pop alors j’espère vraiment que le prochain sera plus iconique c’est-à-dire à la fois très riche et capable de toucher un large publique. J’espère que l’on jouera dans des stades. Ce serait cool.
Toby: Quand je ferme les yeux j’espère que dans 20 ans on sera assis ici  et on discutera comme aujourd’hui. Que le groupe existera toujours et qu’on sera amis, que l’on s’inspirera toujours mutuellement. Ce serait génial que le groupe reste intact à travers les années.

Comment vous vous étés rencontrés?
Johnny: Douggy est arrivé en Australie très jeune, il avait 18 ans.  Il venait d’Indonésie et j’avais 15 ans. C’était mon voisin alors on est devenu amis. Dougy travaillait dans le même magasin de vêtements  que Tobby et il a finit par le convaincre de jouer de la batterie. On cherchait un bassite. Tobby m’a un peu appris à jouer mais j’étais vraiment nul. On était tous les trois pendant un bon moment. On a du avoir 2 guitaristes avant que Lorenzo, un amis du lycée de Tobby, ne nous rejoigne. On travaillait tous les 4 dans ce magasin de vêtement mais c’est trop long  à raconter. Après on était au complet! Non, en fait il y en a eu deux autres membres entre temps (rires) et on en cherche toujours (rires)
Tobby: Je crois qu’on va en piquer quelques un chez Arcade Fire. (rires)

Ils jouent ce soir!
Johnny: Ouais! Vous êtes impatientes?
Toby: On a joué à Lolapalooza il y a un mois et on  s’est incrusté sur la scène pour voir le concert.
Johnny: C’était fantastique

Ca va être notre premier concert d’Arcade Fire!
Johnny: ooooooh! C’est un moment vraiment spécial.
Toby: Vous devez vraiment être impatientes!

Notre blog s’appelle clandestines, si vous pouviez vous glisser dans la peau de quelqu'un pendant 24h qui choisiriez vous?
Toby: J’aurai bien voulu etre parmi les premiers hommes à marcher sur la lune.
Johnny: Pas mal. C’est assez difficile comme question. J’ai vraiment envie de comprendre Tobby alors je me glisserais  bien dans sa peau (rires) pour explorer les circuits de son cerveau. Il y a tant de polémique autour de Bono. J’aimerai comprendre qui il est, à quoi il pense et comment il pense et pourquoi. Et tout ce genre de trucs.

Vous avez déclaré que U2 était une de vos influences.
Johnny: Absolument! Il ont tellement fait musicalement et il ont de superbes guitare sur leurs morceaux. Ils font l’unanimité dans le groupe.
P1030704
Vous connaissez des groupes français?
Toby: Oui! Quand on a commencé aux Etats-Unis on etait au même niveau que Phoenix alors on a beaucoup traîné ensemble. Ils sont géniaux.

Ils sont pas si connu que ça en France.
Johnny: Vraiment?
Toby: Aux États-Unis, ils sont devenus énormes (Conversation sur Phoenix et la France) On aime aussi Charlotte Gainsbourg qu’on a vu à Benicasim.
Johnny: Elle est vraiment calme sur scène, Vous l’avez vu?
Clandestines: On était au premier rang.
Tobby: J’aime vraiment son album mais ça fait déjà deux fois que je la voit, à Benicasim et à Taratata, elles est très calme sur scène. Il faut vraiment se concentrer pour en profiter.

Quelques mots en français pour nos lecteurs?
Tobby: « Je m’appelle Tobby comment allez vous? »
Clandestines: Je vais bien et toi?
Tobby: «  LOST! » (rires) (une traduction plus tard) « très bien »
Clandestines: et toi Johnny?
Tobby: Apprend nous quelque chose d’utile.
Clanestines: euh… « Au secours ! » ou « Un bière s’il vous plait »
Tobby réusit avec brio
Johnny: How do you say: help me i’m lost?
Clandestines: « Au secours je suis perdu »
Johnny: « Au secours je suis …. What?. Perrrrr….dwue »
Tobby: Moi je sais dire « Je suis un poisson » (dans un français parfait)

Partager cet article

Repost 0
Published by The Clandestines - dans Interviews clandestines
commenter cet article

commentaires