Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

// Listen //

 

 

sp 

 

space

_

ban2010thedrums
space
space

space


space

voxpop20
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 11:10

l_9ecd8a22f1e8fbd7fa22489d44f41b0b.jpg

"The only band we like is Nirvana. The only album we like is Nevermind. The only song we like is "Smells Like Teen Spirit". 
Rien de très excitant dans la lecture des seules influences revendiquées du petit combo américain. Ce sont les gueules cassées d'Harlem qui pronent fièrement un intérêt on ne peut plus commun, à tendance repoussant. 
On les découvre tout juste par ici avec la dose d'appréhension et de distance nécessaire. On ose à peine activer le petit triangle vert par peur d'avoir peur. On prend tout de même sur nous; les risques du métier voyez vous...
C'est avec "Friendly Ghost" qu'on ouvre le bal et qu'on est conquis dès les premières notes, avec l'impression qu'un groupe de potes joue un air familier. Et on se laisse traîner tout du long espérant franchement qu'un mauvais riff ne viendra pas gâcher le pied qu'on se prend.
Ça fourmille de bons groupes du côté d'Austin, tous fidèles à un garage de qualité et amateurs de sonorités abrasées. Sauf qu'il y a de la pop sur ce titre. Une pop plus neutre que sucrée qui adoucie l'acidité ambiante et s'avère être un plaisir pour les oreilles. Comparé à raison à The Sonics, le groupe sonne juste en ce début d'année pas assez original.
Le titre "Friendly Ghost" est sur l'album Hippies qui paraîtra le 6 avril dixit le groupe sur son Myspace.
En attendant, on se met en condition avec Free Drugs, album plutôt fantasque que certains amateurs gardaient jalousement il y a tout juste deux ans.

 

+

Repost 0
Published by Alison R. - dans We Predict a Riot
commenter cet article
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 19:12
                         

Vous devez vous demander ce qu m'amène à citer ce groupe au passé vertigineux devenu, au risque de m'attirer les foudres de certains, l'ombre de lui même ( à savoir The Cure) . Et bien, figurez vous que le pourquoi du comment s'appelle Girls et qu'il n'y a pas la moindre trace d'une fille dans ce duo tout droit venu de San Francisco et né dans les cendres d'un autre. Girls trouve sa légitimité quelque part au milieu d'une pop folk décomplexé et librement inspirée de la brit pop ayant bercé nos enfances. Une ode à cette période qui ne durera que le temps de prendre quelques cliché sur un fond pop qui ressort des vieux cartons les 90s (déjà loin) et ses groupes qui aujourd'hui se déchirent à coups de Fender. "Lust for life" parle d'elle même. Fluide, sans arrogance, à contre courant, attachante. On a l'impression de toujours l'avoir connue et de ne plus pouvoir s'en passer. Cette impressionne fait que grandir au fur et à mesure que les titres défilent ("Big Bad Mean Mother Fucker", "Morning Light")
Sortez les blue jean, les polaroids et votre boite de lego, la révolution est en marche mais l'émeute sera douce et tintée d'un doux parfum que l'on nomme l'excellence.
"Frantasy Trach Can" sort dimanche, on compte sur vous pour transmettre la nouvelle.

+ Myspace




Repost 0
Published by Rebecca H. - dans We Predict a Riot
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 12:00


On a déjà tous pensé au groupe parfait réunissant les qualités de tous ceux que l'on apprécie dans ces collaborations souvent éphémères. On peut citer le récent projet du guitariste des Babyshambles ou pour les plus connus les Last Shadow Puppets, car un artiste a bien souvent besoin d'exister au delà de son propre groupe pour en revenir plus inspiré voir grandit.
Jack White expert en la matière qui monte des groupes et collabore à tout va de peur de partir avant d'avoir pu tout dire et tout essayé (musicalement parlant bien sur). N'est ce pas préoccupation de tout musicien? Dans cette course effrénée à la créativité il entraîne cette fois la magnifique VV. On croyait notre Tueuse préférée définitivement liée à Hôtel mais la dernière tournée des Last Shadow Puppets nous avait laissé entrevoir qu'elle pouvait aussi se débrouiller seule. Quant à Jack  White depuis la quasi disparition de la circulation des Whites Stripes en pleine tournée (pour les raisons que l'on connaît) et une collaboration disons saugrenue avec une chanteuse dont on taira le nom, son actualité musicale ne laissait pas grand chose à se mettre sous la dent... La bande est complétée par le clavier de Queens of The Stone Age ainsi qu'un naufragé des Raconteurs.
Leur site internet ne présente pour l'instant que deux titres. Ce n'est ni les Kills, ni les Whites Stripes, peut être un arrière goût de Raconteurs à la sauce garage rock savamment orchestrée par une collaboration stoechiométrique.
Le groupe commence sa tournée aux Etats Unis avec un battage médiatique impressionnant. On vous aura prévenu, juin 2009 sera tout simplement terrible.


Repost 0
Published by Rebacca H. - dans We Predict a Riot
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 01:23



Le temps manque terriblement.
Un article express qui vient s'imposer sans réflexion préalable en pleine pénurie. Il fallait bien finir par en parler de ce groupe qui monte, et visiblement bien parti pour s'imposer comme une des révélations de l'année. Avec leur premier single charismatique, "Roll Up The Red Carpet", Doll and the Kicks démontrent juste qu'ils en imposent. En réalité, c'est peut-être Doll qui en impose plus que The Kicks. 
Perdue quelque part entre Debbie Harry et Gwen Stefani;  la fameuse Doll, chanteuse, meneuse, leader, chef de fil de la formation,  dicte la marche à suivre, et se fait obéir au doigt et à l'oeil par ses gentils disciples. 
Il vous sera quasiment impossible, cette année, de passer à côté de l'instrument-voix aigue-agressive de la petite anglaise peroxydée. D'autant que le groupe assurera plusieurs parties d'un dénommé Morissey; voilà qui met l'eau à la bouche.
Outre ce programme alléchant et un album - du même nom que le single - à venir dans une petite poignée de mois, difficile de s'étaler sur la nouvelle ponte indie d'outre-Manche.
Le groupe  puiserait apparament son inspiration du côté de chez Kate Bush ou de chez Blondie. Pour ce qui est de PJ Harvey, trop délicat, on attendra encore un peu pour voir.
En résumé, Doll and The Kicks risque d'exploser sérieusement dans un avenir plutôt très proche et votre ouïe risquera alors d'être quelque peu troublée.

Repost 0
Published by Alison R. - dans We Predict a Riot
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 13:38

Oh!

WE HAVE BAND


On triche un peu, l'émeute  a quelque peu dépassé son balbutiement mais on ne parle jamais assez de ce qui mérite d'être mis en avant.
We have band, un nom aussi direct que leur musique, presque un manifeste à la hauteur de leur répondant. Ils s'en tiennent aux faits et n'ont pas la prétention d'en faire plus .
C'est dans les bureaux de EMI que se forme le trio autour du couple Dede/Thomas qui se décrit comme "disco rock", autant dire à la croisée de tout ce qui plaît en ce moment.
Une approche certes assez minimaliste, qui peut constituer leur talon d'achille; mais en face une pop hypnotique qui a su plaire récemment aux foules du public averti des Transmusicales de Rennes.
On les a vu arriver de loin cet été avec "Hear it in the Cans" mais c'est finalement "Oh", sorti en "7" outre manche, qui fera office de vitrine pour le Trio anglais.
Brassant l'énorme vide entre  Hot Chip,  NYPC, et Talking Heads,  on garanti l'efficacité de leur son dissident, en plein enregistrement d'album entre 2 concerts.
Un trio assez atypique, du batteur debout s'affairant également au clavier, jusqu'au micro partagé entre chacun dans un ordre anarchique parfaitement calibré.
Leur apparition sur la compile Kitsuné leur permettra de revenir en Février pour quelques dates en France de quoi nous donner matière à juger ou confirmer notre enthousiasme.

+
"You came out"

Myspace


Repost 0
Published by Rebecca H. - dans We Predict a Riot
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 12:03

[EXLOVERS]

 


Flambant neuf quintette britannique déjà prêt à adoucir nos rudes soirées d'hiver et nous escorter lors des fêtes de fin d'années, ExLovers nous susure un peu de sa dreampop enjouée et lénifiante pour boucler 2008.
Un nom quelque peu suggestif et passioné, de vivifiants styles qui trancheraient entre le - désormais populaire - look néo-hippie et le fashion-moderne-rockeux. Oui, On soupçonne l'esprit d'Anna Sui de traîner dans leur garde-robe.
Au delà de l'aspect esthétique devenu un facteur quasi-capital de popularisation, le combo londonien livre de l'alternatif de qualité qui parvient à nous amadouer un certain temps et nous pousse à repasser les chansons à plusieurs reprises; autant le dire, une réelle performance pour un nouveau groupe.
Dans un ordre croissant, leur discographie serait:
Un second single, S.O.F facilement procurable par téléchargement. 
Un EP éponyme achetable via leur MySpace.
Un album, Just A Silhouette, dont l'acquisition est possible depuis le 08 décembre si on a un super oncle qui vit en Angleterre et qui accepterait de l'acheter alors qu'on n'est même pas sûr de l'écouter, ou si on entretien d'étroites relations avec Chess Club/Fiction Records (pas disponible en France pour le moment, vous l'aurez compris).
Cet album devrait normalement convenir à tous ceux qui ont affectionné un peu, beaucoup ou passionnément Beach House ou Chairlift. C'est aérien, assez brumeux, presque éthéré. Totalement nuageux et léger à tendances séraphiques, c'est dire. Très agréable.
Et si on est moins convaincu par l'originalité, le renouveau, la particularité que par le côté confortable et apaisant; on estime modestement que ce groupe vaut le détour et mérite d'être connu.
Patience...Pullulement imminent!

Plus sur Exlovers

MySpace

Last

SOF en téléchargement

Repost 0
Published by Alison R. - dans We Predict a Riot
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 12:56


   FOREST FIRE



On aurait pu faire un jeu de mots douteux à la "Brooklyn Calling" pour homologuer cette vague d'artistes New-Yorkais qui a vu le jour entre février et juillet. Dans ce tas, chacun a fait son tri et en a retirer ce qui lui convenait a priori le mieux. Mais les grands oubliés de départ, qui sont de plus en plus reconnus aujourd'hui, sont assurément les membres circonspects de Forest Fire. Ces américains ont offert gratuitement leur imparable folk sur internet. Ne parlons pas de pastiche, le caractère scabreux d'une telle tentative pour un nouveau groupe surpasse la pale notion de plagiat.
Forest Fire n'est pas un de ces groupes dont on se défait facilement, las des rythmes répétitifs d'un album dans lequel on avait mis trop d'espoir.  Au contraire, chaque écoute est une découverte où on éprouve l'étrange sensation de neuf. 
Ils sont sincères et purs, les artistes s'adonnent sans réserve à un folk rock puissant et transcendant. La voix éraillée du chanteur épouse parfaitement la guitare grelottante à l'arrière. Tout se passe comme ci ils n'allaient jamais avoir de public, ils se livrent comme-ci personne n'allait tendre l'oreille, par manque d'interet ou de temps.
Pourtant, on prend un malin plaisir à violer leur intimité et on leur crie de plus en plus fort.
Leur album ne sortira certainement pas dans les bacs mais ils se construisent un public cordial et honnête.

Retrouvez Forest Fire

MySpace

Survival en téléchargement
Repost 0
Published by The Clandestines - dans We Predict a Riot
commenter cet article