Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

// Listen //

 

 

sp 

 

space

_

ban2010thedrums
space
space

space


space

voxpop20
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 18:37

C'est un début d'année riche en nouveautés, même si on ne dirait pas. Souvent, on passe outre l'actualité sans même s'en rendre compte. Pas qu'elle ne nous intéresse pas, pas qu'elle ne soit pas attractive; on est juste plus concentrés sur d'autres choses, d'autres époques peut-être. Il n'empêche qu'il y a eu bien plus d'écoutes de nouveaux disques que de chroniques; mais il arrive que le temps et la disponibilité soient contre nous. Seulement, certains albums sont marquants, et il serait bien dommage de les éclipser juste par manque de temps. C'est pourquoi il est parfois plus aisé et finalement plus honnête de faire un condensé de quelques albums sortis dernièrement, écoutés, approuvés ou pas.


It's Blitz - Yeah Yeah Yeahs                                               
 

Yeah Yeah Yeahs était un groupe sympathique qui sans amadouer totalement réussissait à nous faire décrocher quelques hochements de têtes approbateurs. Ils étaient un bon groupe de rock ordinaire au nom attachant. Cette année ils sortent un nouvel album pas plus attendu que ça. Et voilà que le rock se transforme progressivement en électronique. La péripétie est bien difficile et les Yeah Yeah Yeahs n'ont su la surmonter. Alors bien sûr il y a "Zero" et "Dull Life" qui sont appréciables, "Shame and Fortune" aussi, sympa tout au plus. Mais là où les rythmes rocknrolleux avaient l'habitude de nous adoucir, la sortie des synthés utilisés à outrance nous dissuadent définitivement de toute tentative d'écoute gentillette.


Kicks - 1990s
Mine de rien, pas mal de changement du côté des 1990s. Le bassiste se fait la malle, on refile un micro à tout le monde  et on choisi une pochette très moyenne. Par contre, Bernard Butler (producteurs de nos grandes idoles Black Kids et Duffy) est toujours là; bien présent, et bien prêt à refiler des mauvais tuyaux aux 1990s. Quantité de circonstances atténuantes qui n'appauvrissent pourtant pas totalement ce second effort. Il reste l'âme du groupe, avec quelques très bons titres qui nous rappellent pourquoi on les aimait tant sur Cookies. Cet album qui nous fait passer de titre en titre de l'enthousiasme à la déception est dans son ensemble assez moyen et certainement en dessous de ce qu'on pouvait attendre d'eux.


Now We Can See - The Thermals

Abandonnons un peu ce côté ronchon et retrouvons le sourire: le nouvel album des Thermals est de sortie. Découverts avec le mémorable EP "No Culture Icons", les Thermals sont rapidement devenus des espèces de valeurs sures de la pop actuelle. Now We Can See est un très bon album aux rythmes accrocheurs et innovants à la fois. Difficile de se lasser d'un des morceaux de cet effort qui nous interpelle par une qualité d'écriture certaine tout en nous faisant secouer franchement la tête. Ici, on alterne avec aisance alternatif, pop, rock et punk dans d'excellents titres comme "When I Died" (qui ouvre l'album), "At The Bottom of The Sea", ou encore "When I Was Afraid". N'ayons pas peur pour la durée de vie de cet album, tout comme le précédent The Body, The Blood, The Machine, il durera.



200 Million Thousand - Black Lips
C'est la récent découverte du génialissime concert à emporter qui m'a rappelé à quel point les Black Lips était un groupe marquant. Good Bad Not Evil n'a pas fini de tourner sur la platine que 200 Million Thousand montre le bout de son nez. Du coup, autant dire que la comparaison est aisée. Cet album, sans ressembler exactement au précédent, fini de marquer une signature Black Lips désormais reconnaissable et reconnue. Même s'il manque un peu d'innovation, difficile d'être déçu par cet album qui allie une fois de plus cette animosité à laquelle ils tiennent tant et le côté prodige qui les rend si exaltants.



Repo - Black Dice

Dur, dur. Il me semblait important d'évoquer cet album qui commence à tourner. Dur, dur parce qu'il est indescriptible. Pas dans le sens grandiloquent ni dans le sens horriblement bordélique. Indescriptible dans son sens le plus direct. Bizarre, tordu, d'ailleurs. Une des grosses inspirations d'Animal Collective, on imagine aisément le truc. Pourtant, ça reste du Black Dice quoi, très étrange. Mais ici, l'harmonie semble difficile à capter et la bizarrerie gratuite prend parfois le dessus. Les morceaux qui parviennent à se détacher sont d'ailleurs les moins chargés. Pas que cet album soit mauvais, très loin de là, il est juste trop dur à apprivoiser et après le Animal Collective de janvier, on a du mal à redécripter. Le niveau reste cependant plus ou moins maintenu: on réussi à distinguer quelque chose qui sonne bien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alison R. - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires

Tomy 30/04/2009 10:30

J'aime ces mini chroniques, c'est vrai que des fois c'est assez efficace. Parlons plutot musique; je vois qu'il y a des critiques négatives, plutot rare pour des disques par ici hein :). Mais elles sont justes même si j'avoue que j'aurai accentué le côté mauvais album des Yeah Yeah Yeahs, j'y peux rien, j'ai été très très déçu!

Carl 23/04/2009 09:49

J'ai trouvé repo très bon, meilleur que le animal collective d'ailleurs. pour le reste je suis assez d'accord bien que je trouve l'album des 1990S complètememt à côté, je n'ai pas du tout aimé. pas encore eu l'occasion d'écouter les black lips mais c'est pour bientot!